S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Danone a besoin des éleveurs pour son ambition climatique

réservé aux abonnés

 - -->
Plan. Emmanuel Faber, PDG de Danone, et Cécile Cabanis, directrice financière, annoncent 2 milliards d’euros, entre autres pour le recyclage des emballages et l’agriculture. © c.hue

Transition. Danone fait de l’agriculture « régénératrice » son cheval de bataille. Il préfère accompagner les éleveurs par le financement d’actions plutôt que par le prix du lait.

Chez Danone, le business et les préoccupations environnementales et sociales sont toujours associés. Il veut aujourd’hui attirer les investisseurs par ses efforts en faveur du climat, de l’eau et des sols. « Nous voulons leur donner de la visibilité sur nos résultats », affirmait, le 26 février, la directrice financière, Cécile Cabanis, lors de la présentation des résultats (encadré). Mê...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Chez Danone, le business et les préoccupations environnementales et sociales sont toujours associés. Il veut aujourd’hui attirer les investisseurs par ses efforts en faveur du climat, de l’eau et des sols. « Nous voulons leur donner de la visibilité sur nos résultats », affirmait, le 26 février, la directrice financière, Cécile Cabanis, lors de la présentation des résultats (encadré). Même si le groupe prévoit un ralentissement de sa croissance provoqué par l’épidémie de coronavirus en Chine (pertes estimées de 100 M€ au 1er trimestre), il annonce un plan d’investissement de 2 milliards d’euros sur trois ans. Objectif : « Accélérer l’action climatique des marques et renforcer le modèle de croissance. » La moitié est réservée au recyclage des emballages, l’autre à la transformation des chaînes de fabrication, la digitalisation et… « l’agriculture régénératrice ». « L’empreinte carbone est au cœur de notre modèle de business. Les sols s’érodent à toute vitesse. Le seul moyen est de les structurer pour limiter l’érosion et stocker le carbone », s’enflamme Emmanuel Faber, le PDG.

Concrètement, en France, Danone vise la généralisation de cette démarche à ses 1800 livreurs avant 2025. Elle a une large portée. Elle intègre le bien-être animal à partir d’une grille d’évaluation définie avec l’ONG CIWF. Elle favorise les pratiques qui réduisent l’empreinte carbone des élevages laitiers, notamment via le diagnostic Cap2’ER. Elle encourage l’alimentation animale locale, telle que l’expérimentation de 30 ha de soja en 2020 dans le Calvados, etc. « Il n’y a pas de solutions miracles. Il faut trouver celles adaptées au contexte local », indique Laurent Schatz, directeur lait France. « Depuis 2016, Danone a investi 25 M€ pour accompagner cette transition via nos contrats, le prix du lait, les projets et programmes en faveur de l’agriculture régénératrice. Le groupe continue. »

Aider les éleveurs à baisser leurs charges

Est-il également prêt à financer ces changements de pratiques par une revalorisation de la formule de prix ou par des bonus conditionnés à l’engagement de l’éleveur ? « Une relation transactionnelle ne se résume pas au prix », répond Emmanuel Faber. Danone rappelle que la prise en compte des coûts lisse la volatilité des marchés et donne de la lisibilité à ses livreurs. Étonnamment, il leur propose plutôt un accompagnement pour permettre 15 % de hausse de revenu d’ici à 2025… par une baisse de leurs charges. Avec 750 Ml, il a réduit sa collecte française de 200 Ml depuis 2014.

Claire Hue
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER