S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Prendre en compte la conscience des animaux

réservé aux abonnés

 - -->
Apprentissage. Les animaux ont une mémoire. Pourquoi ne pas s’appuyer sur elle pour favoriser leur adaptation ? © Claudius Thiriet
Il faut sortir de la caricature avec, d’un côté, ceux qui considèrent que seuls les humains ont de la valeur, de l’autre, ceux qui placent au même niveau les humains et les animaux. C’est le message qui a irrigué un colloque sur le bien-être animal – organisé il y a quelques mois, à Strasbourg, par l’Inra, Idele, et vingt autres partenaires –, en dédramatisant le sens que l’on donne gé...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
33%

Vous avez parcouru 33% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Il faut sortir de la caricature avec, d’un côté, ceux qui considèrent que seuls les humains ont de la valeur, de l’autre, ceux qui placent au même niveau les humains et les animaux. C’est le message qui a irrigué un colloque sur le bien-être animal – organisé il y a quelques mois, à Strasbourg, par l’Inra, Idele, et vingt autres partenaires –, en dédramatisant le sens que l’on donne généralement à la conscience.

« Il s’agit d’un mécanisme biologique qui relève d’une interaction entre les neurones », a alors défini Pierre Le Neindre (1), chercheur à l’Inra. Pas d’une flamme que Dieu a donnée à l’homme. » Il ne parle pas de conscience animale, mais de formes de conscience animale. Les animaux éprouvent des émotions, ont une mémoire et gèrent des situations complexes. Ils ont un passé et ont une idée de leur futur.

« C’est démontré chez les primates non humains, et chez d’autres mammifères tels que les chiens et les porcs, chez des oiseaux tels que les corvidés et les psittacidés (2). »

Pourquoi, dès lors, ne pas enrichir notre relation aux animaux en prenant en compte ces aptitudes ? C’est ce qu’a proposé Christine Leterrier, également de l’Inra. « Favorisons leur apprentissage. Des travaux montrent que les capacités d’adaptation d’animaux domestiques sont modulées par leurs conditions d’élevage, en particulier quand ils sont jeunes. »

Claire Hue

(1) Pierre Le Neindre est coauteur de La Conscience des animaux, aux éditions Quae. (2) Famille d’oiseaux qui comprend les perroquets et les perruches.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER