S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le « toujours plus  » a du plomb dans l’aile

réservé aux abonnés

Terroir. Le gros mot « décroissance » est lancé pour se recaler sur le potentiel du terroir.

Les filières AOP du massif du Jura vont devoir apprendre à vivre avec une année 2018 appelée à se répéter. « Car le réchauffement climatique est là et les trente prochaines années déjà écrites. Sur la zone comté, cela veut dire, à l’horizon 2050, le même climat que la Toscane aujourd’hui », a résumé Frédéric Levrault, expert du...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les filières AOP du massif du Jura vont devoir apprendre à vivre avec une année 2018 appelée à se répéter. « Car le réchauffement climatique est là et les trente prochaines années déjà écrites. Sur la zone comté, cela veut dire, à l’horizon 2050, le même climat que la Toscane aujourd’hui », a résumé Frédéric Levrault, expert du changement climatique pour l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA), lors d’une journée FDGeda du Doubs.

Le propos met à mal la dynamique d’élevage et de production laitière sur la zone boostée par du lait à un prix à plus de 500 €/1000 litres. Il invite ceux qui ont poussé le bouchon trop loin au risque d’aller dans le mur à changer de logique .

Saturer les systèmes oui, mais à 80 %

De 2010 à 2015, on a produit ici plus de lait en s’agrandissant et en travaillant plus. Cette croissance s’est faite aussi par une intensification des systèmes. Plus de lait par vache, plus de vache par troupeau, plus d’UGB à l’hectare… « Cette logique qui pousse à flirter avec les limites du cahier des charges des AOC fait prendre des risques à l’image du produit. Elle est aussi préjudiciable pour la résilience des exploitations. Les systèmes des plus productivistes sont saturés à 100 % alors qu’ils devraient l’être à 80 % pour encaisser des coups durs cli matiques », résume Mathieu Cassez, du réseau Inosys Franche-Comté. La sécheresse 2018 ne fait que rappeler à ce bon sens.

« Pour retrouver l’équilibre fourrager souhaitable, soit 3 t/MS stockées par UGB, jouer sur l’offre n’apportera que des solutions à la marge. Il faut réduire le nombre d’animaux », explique le conseiller. Le gros mot est lancé : « décroissance », pour se recaler sur le potentiel du terroir.

Une logique inéluctable

Il y a donc urgence à revoir à la baisse la politique d’élevage. Le fait est que dans cette région d’éleveurs, l’IA sexée a permis à un grand nombre de réaliser un rêve : élever le maximum de génisses pour mieux les sélectionner ensuite. Reste à savoir si agir sur ce levier sera suffisant. À défaut, il faudra entrer dans le dur : réduire le cheptel de laitières… et de fait, le produit lait. « Les AOP franc-comtoises pourraient bien devoir franchir ce pas, si elles veulent faire mieux en matière de réduction des gaz à effet de serre. Elle passe par encore moins d’engrais de synthèse, moins de prairies retournées et de tourteaux de soja importés, obligeant à revoir à la baisse des objectifs de productivité animale élevée. »

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER